Boissons : j’me noie dans un verre d’eau

Boissons : Double déca, par Polo

Boissons

J’me noie dans un verre d’eau

Prendre un verre quand on est plutôt bio peut vite devenir un casse-tête, voire un tord-boyaux.

Rien que de l’eau

Evidemment, je suis contre l’eau en bouteille car c’est hors de prix, polluant et pollué pour pas mal de marques, selon les études que j’ai pu lire. L’eau du robinet est bon marché, elle évite le plastique, est traitée et contrôlée de ouf côté bactériologique mais ma naturopathe, qui essaie de réparer mon bidou, n’est pas fan à cause :

  • du chlore qui, comme celui de ton Canard WC, assassine toutes les bactéries du corps y compris les bonnes
  • des métaux lourds qui plombent les intestins
  • des résidus de médicaments qui passent à travers les mailles de la station d’épuration tellement qu’ils sont fins. Genre chimiothérapie. Miam.

Filtration de l’eau : au charbon !

Les carafes filtrantes et leurs recharges hors de prix à la durée de vie d’une libellule, très peu pour moi. En plus c’est du plastoc et c’est un nid à (mauvaises) bactéries.

  • Chlore

J’achète de simples bâtons de charbon actif à plonger directement dans la carafe (1 pour 1L) pendant 7h, idéalement. Chaque bâton coûte 7,5€*, est actif 6 mois, il faut juste lui redonner une jeunesse à mi-parcours en le faisant bouillir puis sécher au soleil. A la fin de sa vie, on peut le recycler comme désodorisant ou comme engrais. Moi j’en emporte carrément en vacances, y compris à vélo, en faisant un roulement de bouteilles et ainsi, j’ai toujours de l’eau filtrée. Le top serait, comme me l’avait suggéré le client d’un magasin vendant ces bâtons de charbon, de les fabriquer soi-même.
Bonus : le charbon minéralise l’eau et équilibre son pH.
Le bémol est qu’ils ne filtrent pas les métaux lourds ni les médicaments.

  • Métaux lourds

Zeolithe : ces cristaux naturels ou synthétiques agissent comme un tamis. J’en avais acheté sous forme de pierres à plonger dans l’eau en direct à une naturopathe pour pas cher. Avec le charbon, y’avait du monde dans ma carafe.
En cherchant à en racheter sur internet, j’en trouve sous forme de poudre, mais allié à de l’aluminium, mis en cause dans des maladies neuro-dégénératives.
Le ratio bénéfice/risque n’étant pas défini, je vais m’abstiendre pour l’instant.*

  • Résidus de médicaments

Je n’ai pas de solution à part l’eau en bouteille. Mais il faut savoir que 20% d’entres elles en contiennent aussi selon une étude de 60 millions de cons’*, ainsi que d’autres substances toxiques, donc moi, à ce compte-là, je m’en tiens à l’eau du robinet filtrée.

 

Rares sont les cafés-restaurants qui proposent des carafes d’eau filtrée maison. Je ne connais que le Faitout et le Popine à Paris*. Partout ailleurs, je prends donc de l’eau en bouteille. Souvent en verre (recyclable à l’infini), le problème reste le prix. Mais bon, relativisions, car à ma connaissance, pratiquement nulle part ailleurs qu’en France n’est proposée une carafe d’eau du robinet (gratos) par les restaurateurs.

Quoiqu’il en soit, je me trimballe partout avec ma gourde sans bisphénol* contenant de l’eau filtrée maison, en version froide ou chaude.

Thé, café, chocolat : c’est chaud !

Chez moi, je fais le thé, le café, les infusions et même la cuisine avec de l’eau filtrée. J’utilise du thé bio, bien sûr, et du café en grains que je mouds minute mécaniquement, what else ? En effet, le café moulu est susceptible de contenir des moisissures microscopiques, et ça, ma naturo n’aime pas.

Même combat pour les boissons chaudes. Le thé et le café sont rarement bio. Mais l’eau utilisée n’est, pour le coup, jamais filtrée. J’ai tenu un bon moment sans boire de boissons chaudes dans les cafés, et puis, constatant que ma discipline de fer ne donnait pas de résultats probants sur ma pathologie ventrale, je me suis détendue du slip. Il m’arrive même de boire des décas tout filtrés chimiquement.

Que boire quand on ne boit pas ?
(Et qu’on ne consomme pas de sucre (ni de lait))

  • boissons chaudes

    Thé et café natures mais no chocolat chaud cause lait de vache. Certains cafés ché-bran proposent des thé et cafés au lait végétal : là, c’est la grosse teuf.
    Mais la pulpart des cafés de base refusent de servir des boissons chaudes passée une certaine heure, pas forcément avancée d’ailleurs, parfois dès 17h, ce qui a le don de m’énerver prodigieusement, même sans avoir bu de café, du coup. Plusieurs réponses m’ont été données :

  • La machine a été nettoyée.
  • Le barman est seul pour tout faire.
    (quand on utilise le mot “barista”, j’ai carrément des envies de meurtre)
  • Après 17h, on sert uniquement des doubles.

J’ai même vu le patron des “Tables du Père Lachaise” refusant de donner une carafe d’eau avec nos deux cafés, ne lâchant que des verres d’eau au compte-goutte.

Pour moi, il s’agit d’une politique anti-squattage de table pour deux pauvres cafés pas rentables au pays du jaja, du p’tit jaune et de la binouze. La preuve en est que le “Bar du Lycée”, en bas de mon ancien appart’, est bien le seul du boulevard de Ménilmontant à servir café et carafe à toute heure, et avec le sourire en prime. Pour 1,20€ au comptoir. Et pour cause : c’est un bar reubeu chez qui les cafés-papotages pendant des heures sont de bon ton.

  • Eau gazeuse

Une eau gazeuse ça fait plaisir. Cependant, autant boire 3 verres de vin, ça peut être sympa, autant boire 3 Perrier, ça fait juste caguer. Ou plutôt pisser. Sans alcool, la fête est tout de même plus molle.

  • Citron pressé

Citron pas bio et eau du robinet, mais pas de sucre et moins triste qu’une eau gazeuse. Il m’est arrivé de demander un citron pressé avec un quart Vittel chauffé. Ca m’a coûté 10€. Je ne l’ai plus refait.

Zéro pointé pour le Coca zéro et autres aspartams super mauvais pour la santé.

 

Pinard : vous prendrez bien un p’tit canon ?

Au bout d’un an et demi sans une goutte d’alcool, ma naturo m’a autorisée à reboire un peu de rouge, moins chargé en sucre que le blanc. Mais uniquement du “sans sulfites ajoutés” (car, comme ton Canard WC, ils défoncent tout sur leur passage).

Petit récap :

  1. Vin bio = raisin bio
  2. Vin naturel = bio + sans sulfites ajoutés
  3. Vin biodynamique = bio + sans sulfites ajoutés + culture en harmonie avec la nature (travail avec des chevaux pour ne pas écraser les sols avec des tracteurs lourdingues…).

Voir les bonnes adresses du site “On boit quoi ce soir”*.

Quant aux autres alcools, entre le sucre et/ou le malt de blé, je ne peux pas en boire. Concernant la bière, il faut savoir que beaucoup de bières contiennent des OGM et même de la vessie de poisson.

Quand il s’agit de la bière, il faut être très prudent. Votre meilleure option est de trouver une microbrasserie en qui vous pouvez faire confiance. Comme toujours, essayez d’éviter les produits bon marché qui sont de mauvaise qualité. Essayez de rester loin de toutes les bières américaines car elles ont des années de retard sur les OGM. Partout dans le monde on bannit les OGM sauf aux Etats-Unis. Choisissez de la bière bio. Les bières qui ont l’étiquette 100% bio, ont l’obligation d’avoir des ingrédients 100% bio. Alors qu’une étiquette « bio » signifie qu’elle sera bio à seulement 95%. La bière européenne a plus de chances d’être à l’abri des ingrédients OGM mais malheureusement dans la plupart des autres bières il y a des ingrédients artificiels OGM, des stabilisants, des céréales et des conservateurs, plus des HFC[gaz fluoré].

Santé Nutrition*

Santé !

Le dilemme du pinard, par Polo


*Charbon sur sansbpa.com 

Etude 60 millions de cons’

Ma carte de restos mise à jour J’suis verte passe à table

Zeolithe

On boit quoi ce soir : 354 lieux où trouver du vin naturel à Paris

Santé nutrition : bière

 

A lire aussi

Resto : j’me mets à table

Lire la suite

Adopte une AMAP

Lire la suite

Le potager pour les nuls (par une nulle) épisode 1 : plan d’attaque

Lire la suite

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *