Mes courses forcées chez Carrouf

Courses : Comme une poule devant un couteau, par Polo

Mes courses forcées chez Carrouf

Petits arrangements au royaume du Chocobon

 

J’suis une slasheuse

Non pas une fan de Slash, le guitariste, comme la plupart de mes élèves de l’école Atla : à en croire leurs copies, en réponse à ma question philosophique

Quel est votre rêve en tant que musicien ?”

Beaucoup ont répondu : “jouer comme Slash“. C’est une école spécialisée guitares, certes.
Tous ont répondu “vivre de ma passion”. Sans blague.

Moi, je vis de ma passion. Mais bon pas que. J’ai plusieurs casquettes, autrement dit : je suis une slasheuse. Musicienne, prof, je suis aussi bloggeuse pour la gloire et “assistante de post-production” à mes heures dans la boîte d’audiovisuel d’un ami cher. Cet ami, que j’appelle mon “potron”, mon pote-patron, est tout ce qu’il y a de plus fréquentable : il est végétarien, pratique le tri sélectif et consomme peu, en partie parce qu’il n’a pas le temps. Le merveilleux monde du cinéma.

Dans ce cadre, je me retrouve régulièrement à devoir faire des courses pour les besoins de la boîte, genre sur carrouf.com. J’ai bon espoir de finir par passer commande en magasin bio mais j’y vais mollo car d’une part je ne tiens pas les cordons de la bourse et d’autre part, j’ai déjà le statut de terreur du recyclage, d’ayatollah de l’économie de papier, et mes collègues sont à deux doigts de porter une couronne d’épines quand ils mangent un plat industriel devant moi.

Liste de course remaniée à la sauce verte

Voici comment j’ai converti la liste de courses pour qu’elle soit moins pire, en accord avec le boss.

Eau plate et gazeuse en bouteilles de 33cl

le problème

  • Le plastique : ce n’est pas parce que c’est recyclable que c’est recyclé, au final
  • BPA (bisphénol A), perturbateur endocrinien activé par la chaleur
  • les marques revenant dans diverses études que j’ai lues comme contenant des polluants
  • Le concept de l’eau en bouteille est un peu absurde, d’une manière générale, voir la conférence de Franck Lepage*

ma solution

  • bouteilles de 1,5L pour limiter la quantité de plastique
  • marque Evian, revenant souvent dans les études comme ne contenant pas de polluants
  • côté bulles, j’ai pris du Perrier parce qu’il était proposé en canettes en métal, plus recyclables que du plastique

Café en capsules

Le problème

  • Ces capsules sont très polluantes et contiennent du BPA, d’autant plus libéré par la chaleur de l’eau.
  • Pas de capsules de café bio proposées, seulement des biodégradables, mais j’ai dû céder car le boss craignait un problème d’incompatibilité avec la machine (des petits malins, ces fabricants de machines/capsules).

Ma solution de rattrapage

  • J’ai acheté, à titre personnel, des capsules biodégradables remplissables, pour les utiliser quand je travaille dans cette boîte. En vrai, ça ne fonctionne pas pour l’instant, sûrement car je mouds mon café en grains avec un moulin Peugeot vintage, mouture pas très fine. A retenter avec du café moulu fin. J’ai tout de même 100 capsules à écouler là-bas, à raison d’un jour par semaine, car je n’ai évidemment pas de machine à capsules chez moi.

Carolin parquet

Le problème

  • bourré de produits polluants, sans parler de l’emballage.

Ma solution

  • la seule référence estampillée écologique du site, peut-être moins pire. J’ai eu gain de cause grâce à la compagne du boss et amie qui… bosse chez Carrouf, est sensible à l’écologie et utilise ce produit. Ouf.
  • Il est si simple, sain et économique d’utiliser un bidon d’1L de savon noir à 6€, à raison d’1 cuillère à soupe pour 5L

Vinaigre blanc

  • Pas de problème, à part le conditionnement d’1L, générant plus de plastique qu’un bidon de 5L en magasin bio

Tablettes lave-vaisselle + liquide de rinçage

Le problème

  • Les produits chimiques polluants

Ma solution

  • Tablettes estampillées “écolo 3 en 1”, qui m’ont donc évité d’acheter en plus du liquide de rinçage, qui, par ailleurs, peut être remplacé par du vinaigre blanc. En revanche, je n’ai pas trouvé quelle était la 3ème action du “3 en 1”.

PQ

Le problème

  • Déjà qu’on fait dans l’eau potable, si on peut éviter d’utiliser du papier neuf, c’est mieux

    Ma solution merdique

  • J’ai pris l’unique référence écolo, en papier recyclé (non, c’est pas du PQ recyclé)

 

J’sors l’addition

Dans mon malheur, j’ai de la chance de pouvoir faire ces courses par internet, car les rares fois où je dois me rendre dans un supermarché classique, ou pire, un hyper marché de zone industrielle, je frôle la crise d’angoisse. Comme une poule devant un couteau, je reste figée devant ce qui m’apparaît un champ d’emballages, une montagne d’additifs, un océan de produits toxiques.

Du cancer en boîte et de la pollution par paquets de douze. Sans parler des conditions de travail des employés, qui ont commencé à gronder récemment chez Carrouf.

Ou comment l’humain maltraite sa planète, ses semblables, les autres espèces et lui-même, jusqu’à l’autodestruction, bientôt ?
Pas plus mal pour la nature, qui réparera tout ça tranquillou après le déluge.

Vive la neige et puis

Les Chocobons, ils sont déjà fabriqués de toute façon.
La gourde, par Polo


*Gourdes sur sansbpa.com

A lire aussi

La réincarnation des objets

Lire la suite

Sous-vêtements bio : j’en ai ras le slip

Lire la suite

S’habiller selon l’ÉTHIQUEtte : présentation de la rubrique

Lire la suite

2 commentaires

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *