Protection solaire : marche à l’ombre

Protection solaire : Massacre à la crème solaire, par Polo

Protection solaire

Marche à l’ombre

 

Le feu, ça brûle

Le soleil, c’est comme la porte du four : ça brûle, en tout cas quand on s’y expose avec insistance. Les risques, on les connaît : cancer et compagnie. Mais je ne veux pas vous plomber les vacances.

Moi, j’ai de la chance : le soleil, je suis pas fan. J’ai dû le fuir toute mon adolescence pour incompatibilité avec traitements contre l’acné et plus tard pour incompatibilité avec mon vitiligo. Et puis, ça me déclenche des crises d’herpès.
Un vrai poème.

Moralité : en été, moi, je rase les murs.

Crème solaire : la “faux-lution” ?

Ou quand la solution devient un problème.
En effet, ces crèmes du commerce contiennent un tas de trucs craignos pour la santé, comme les nanoparticules, perturbatrices endocriniennes.

Elles sont surtout sur-utilisées, alors qu’elles ne devraient l’être que quand on ne peut pas faire autrement que d’être sous le cagnard. Ce qui génère un problème pour l’environnement : les crèmes solaires recouvrent dramatiquement la surface de l’eau, empêchant les rayons de passer et perturbant ainsi la vie aquatique jusqu’à causer l’extinction de coraux millénaires en finissant par se déposer au fond comme une bouse blanche.

De plus, les crèmes du commerce proposent une protection imparfaite, voire mensongère d’autant qu’elles sont souvent mal utilisées*. Quant aux solaires bio, elles peuvent contenir des additifs mystérieux, et l’indice n’étant pas fiable non plus, à ce compte-là, autant fabriquer sa crème soi-même.

Mes sol-utions

Timing

Pour commencer, en ville comme ailleurs, je suis comme les vampires, je fuis les heures trop ensoleillées.

Protections vestimentaires

Quand ça cogne quand même, ou que je suis obligée de sortir aux heures de pointe du soleil, c’est casquette, T-shirt, y compris pour me baigner, le T-shirt. Je me mets vite dans l’eau (c’est-à-dire en 43 minutes environ, vu que je crains aussi le froid). Ensuite je reste au soleil quelques minutes le temps de sécher et puis je zou, à l’ombre ou zou tout court.
Car à la plage, je m’emmerde, ça tombe bien.

Ma crème solaire maison

Voilà le mix issu de mes recherches sur le sujet et avec les ingrédients que j’ai chez moi. J’ai exclu les huiles essentielles photo-sensibilisantes, et aussi l’oxyde de zinc recommandé dans certaines recettes, mais qui s’apparente aux nanoparticules. J’ai aussi exclu la cire d’abeille, non végane. L’huile de coco et le beurre de karité permettent de la remplacer pour solidifier un peu le mélange.

L’indice ne protection n’est pas déterminé, mais l’efficacité a été testée par moi-même et un barbu à qui il ne faut pas en promettre, dans des conditions d’exposition raisonnées.

Recette

dans un pot en verre d’au moins 40 ml propre et sec, verser :

  • huiles végétales
    de base à faire fondre au bain-marie si solides selon la température ambiante

    • 15 ml d’huile de coco  = 1 cuillère à soupe, à la louche
    • 15 ml de beurre de karité ou d’huile de macadamia
      en magasin bio au rayon alimentaire = pas cher

      en plus
    • 7 ml d’huile de jojoba ou d’avocat ou de germe de blé
      au rayon cosmétiques = 1/2 cuillère à soupeen option
    • 2 ml d’huile de framboise = 1/2 cuillère à café

 

 

  • huiles essentielles (HE) à intégrer dans un mélange refroidi
    • 10 gouttes d’HE de carotte ou de lavande vraie
    • 3 gouttes d’HE de palmarosa
    • 5 gouttes d’HE de camomille allemande
      de bonne qualité chez le Gattilier***
  • option : 1 goutte de vitamine E en guise de conservateur

 

La règle de dilution pour une application sur un adulte est de 10 gouttes max pour 20ml, donc ici 20 gouttes.

Pour un enfant, la naturopathe Cécile Ellert conseille de doubler la dose d’huiles végétales sans augmenter la dose d’huiles essentielles****. Personnellement, je préfère vous dire de laisser les gnomes à l’ombre.

 

J’ajoute un petit argument financier : il faut certes acquérir ces ingrédients mais pas forcément tous, déjà, et puis quand on commence à fabriquer des trucs, les mêmes ingrédients reviennent très souvent. Conclusion de l’oncle Picsou : une fois ces ingrédients achetés, tu pourras fabriquer de cette crème plein de fois et beaucoup d’autres mélanges, t’inquiète.

 

Utilisation

Il faut savoir que la contamination bactérienne d’un mélange d’huiles commence avec l’introduction eau, d’où l’utilité d’un contenant propre et sec, et de se servir avec des mains voire une spatule fraîchement lavées et séchées.

A conserver au frigo entre deux utilisations, ce qui rend le mélange solide. Il suffit de frotter une noix de crème entre ses mains pour la rendre étalable.

L’info voyageur : attention, ce type de mélange contenant de l’huile de coco peut apparaître comme liquide au contrôle de l’aéroport de Manchester où la température ambiante est pourtant bien inférieure à son point de fusion de 25°. Bon à la fois, à Manchester, vous n’aurez pas besoin de crème solaire. A mettre en soute, sinon.

Après-soleil

 

  • les bases
    • gel d’aloe vera
    • huile de coco
    • huile jojoba
      à utiliser séparément ou combinées
  • huiles essentielles
    • HE carotte
    • HE lavande aspic
      1 goutte à tomber dans la base dans le creux de la main, ou dans un mélange préparé, dans la limite de 10 gouttes par 20 ml pour les adultes.

 

Vu ces ingrédients, vous remarquerez donc que ma crème solaire peut aussi servir d’après-soleil…

Et en ville ?

C’est vélo avec :

– casquette (pour ne pas que mes cheveux puent Paris)
– masque anti-pollution (pour faire peur aux enfants)
– option lunettes de soleil si besoin (ça fait chic mais sans soleil et ça évite aussi les insectes dans les yeux)
– et quand je ne pars pas trop à la bourre, ma crème solaire sur ce qui dépasse, genre les mains.

Glam.

J'suis verte au zénith, par Polo


*60 millions de cons’ : Crèmes solaires déclassées

**Pensées sauvages : crème solaire

***Le Gattilier

****Cécile Ellert

 

 

 

A lire aussi

S’embellir sans : présentation de la rubrique

Lire la suite

Monstruations 1 : comment saigner propre

Lire la suite

Mycoses : balance ta flore

Lire la suite

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *