Adopte une AMAP

La saltimbanque et la courge, par Polo

Adopte une AMAP

Direct-producteur et plus si affinités

 

 


l’AMAP pour les nuls

Association de Maintien d’une Agriculture Paysanne = direct producteur.
Un groupe de consommateurs qui s’organise directement avec un producteur et trouvent un local où il vient livrer.
Les “amapiens” s’engagent pour un an en général et payent à l’avance (mais on peut payer en plusieurs fois), ce qui permet au producteur d’assurer la récolte à venir.
Le producteur doit respecter une charte d’agriculture raisonnée voire bio et
vient livrer une fois par semaine ses produits de saison, oeuf corse.
Il existe des contrats-légumes, pain, oeufs, viande, poisson… selon ce que chaque association décide et les producteurs qu’elle trouve.
Il existe plein d’AMAP près de chez vous**.


 FAQ WTF : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les AMAP

Lecteurs numériques par Poloon choisit pas ses léguuumes ?

  Blogueuse par PoloBen non. Mais ça permet de réapprendre les saisons. Alors après tu te doutes un peu de ce que tu vas avoir, quand même. Certaines AMAP ont même un site où elles annoncent dès qu’elles le savent ce qu’il y aura dans le prochain panier. Ce qui est bien avec les AMAP, c’est que c’est participatif, alors si tu veux t’occuper d’appeler le producteur pour mettre en ligne le contenu du prochain panier, tu peux ! Ce qui est sûr, c’est que t’auras pas de tomates en hiver, parole de Nostradamus. Pour moi c’est une source d’inspiration en cuisine.

Lecteurs numériques par Polole chou et les patates en hiver pffff…

Blogueuse par PoloBen ouais, tu vis en France, quoi. Ta grand-mère n’aurait jamais eu l’idée de se plaindre de ce qui poussait en hiver dans son potager. Et puis comme c’est humain, il y a toujours moyen de s’arranger. Moi par exemple, les topinambours, ça fait Hiroshima dans mon bedon, alors je les troque contre les patates de quelqu’un que ça ne dérange pas de péter toute la night. Le problème c’est que quand tu fais du charme à ton “co-panier” pour qu’il prenne les topinambours, et que finalement tu couches avec lui, tu te retrouves à bouffer quand même les topinambours chez lui. Prout.

Lecteurs numériques par Polo“La Ruche qui dit oui” c’est mieux parce que c’est à la carte.

Blogueuse par PoloOuais, c’est un peu le Tinder du légume, quoi. En fait, c’est l’inverse de l’idée de l’AMAP : plutôt que de tendre vers le circuit court, c’est recréer une moyenne conso avec des intermédiaires à qui on propose d’en faire leur gagne-pain. Un peu comme les réunions Tupperware. Pas de vrai engagement durable avec la prise de risque que ça implique. Car avec une AMAP, si jamais il y a un problème de récolte, on a moins ou pas de légumes. Ca ne m’est arrivé qu’une seule fois, l’annulation de la distribution. C’était suite à des inondations nationales. Sinon il est souvent prévu 2 paniers joker sur la période du contrat pour ce genre d’évènement. Avec l’AMAP, on connaît le producteur, on va sur son exploitation, on voit où et comment est produite notre nourriture. Le lien humain, ça fait partie du truc.

 Shopping d'AMAP par Polo

**http://www.amap-idf.org/

A lire aussi

“Les feux de l’AMAP” Saison 1 : « J’suis verte » croque la pomme

Lire la suite

“Les feux de l’AMAP” Saison 2 : Amour, poirée, potée

Lire la suite

“Les feux de l’AMAP” Saison 3 : AMAP, ton univers impitoyable

Lire la suite

8 commentaires

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *