J’suis boudiste 2 : les ressources de l’esprit

Bien-être : Zazen dans le métro, par Polo

J’suis boudiste 2

Cafard : les ressources de l’esprit

 

“J’suis verte” exp.fr. : Blase évoquant à la fois mon écoloïtude et ma râlitude.

Mon entourage me dit que je suis plus cool qu’avant. Honnêtement, je ne me rends pas trop compte, et si c’est le cas, je ne peux pas dire si c’est grâce à mon alimentation, au yoga, à la méditation, à ma psy, ou à un gloubiboulga de tout ça.

1-Piquer du zen : la méditation

Il y a quelques années, une amie proche m’offre le livre de Christophe André “Méditer jour après jour”. Elle devait être soûlée de m’entendre geindre. Je me faisais une idée un peu perchée de cette pratique que j’imaginais très introspective. J’ai découvert des exercices très simples et une philosophie à ma portée de cartésienne endurcie. Je fais parfois des infidélités à ce bon Chri-chri avec Fabrice Midal qui m’apprend à ne pas faire de la méditation une obligation avec son fameux “Foutez-vous la paix”. J’aime beaucoup l’idée mais j’avoue que sur les enregistrements, il ferait mieux de se foutre moins la paix avec les fautes de français qui me font un peu saigner les oreilles  (“on a le sentiment d’un sens de solidité”, “quatre zexpériences”…) et revenir à Chri-chri et sa voix monacale.

En pratique : pose ton boule

On s’assied un quart d’heure, sans s’avachir, et on prend conscience de notre respiration, notre corps et notre environnement sonore. Ensuite, il y a d’autres exercices où on intègre la conscience de nos pensées, de nos émotions… Il y a aussi des exercices plus longs. Et puis, on peut également méditer sans support audio. Ce que j’aime bien est qu’il n’y a rien à réussir, ni faire le vide, ni se concentrer, ni se calmer. Juste un moment d’observation, rien de mystique, même si ça peut le paraître, à notre époque où tout est extérieur, tout est action.

2-A la recherche du moral perdu : les psy

Tout comme pour les AMAP, la quête du psy idéal est longue et semée d’embûches.
Le premier, tarif sécu, s’endormait. Le deuxième m’a dit un jour “dans mycose il y a cause”. J’en ai trouvé une troisième, géniale, qui reliait l’esprit au corps : elle alliait la psychothérapie à l’haptonomie, thérapie par le toucher qu’elle avait contribué à créer dans les années 70. Elle a fini par partir à la retraite, m’adressant à un psychanalyste chevronné. Tellement chevronné qu’il est aussi parti à la retraite au bout d’un an.

Contre la phobie des chiens, j’ai aussi essayé l’hypnose, la sophrologie, l’EMDR… Les chiens finissaient toujours par passer au deuxième plan. Et mon porte-monnaie au premier. J’ai toujours peur des chiens. Après de nombreuses recherches pour continuer le travail sans me ruiner, j’ai fini par trouver ma psy actuelle.

Ma psy, championne du monde de “ni oui ni non”

Souvent les séances se terminent sur une phrase-choc suivie d’un claquement de talons sonnant le glas de mes jérémiades. Il n’est pas rare que cela advienne au bout de dix minutes. Parfois, lorsque j’ai encore à dire, j’en viens même à éviter les phrases-choc pour faire durer.

Je parle, je parle, elle ponctue par un impératif : “reformulez ça“. Réponse possible : “le cul”.
Il y a ses interrogations comme “et bien qu’en pensez-vous ?” ou le bloquant “qu’est-ce que ça vous évoque ?”. Là c’est le trou noir assuré, suivi d’une pensée invariable pour mon père, non pas parce que ce que je viens de dire m’évoque mon père mais parce qu’une psy me pose cette question.

Elle ponctue aussi d’exclamations, sa favorite, presque une déformation professionnelle : “EXACTEMENT !!!”. Je l’entends parfois à travers la porte en attendant mon tour. Comprendre “j’approuve”. Les jours de fête il y a le couplé gagnant EXACTEMENT + claquement de talons. Comprendre “j’approuve grave et c’est fini”.

Il y a aussi son genre d’interro-négation “vraiment ?”, teintée parfois de gronderie. Comprendre “je désapprouve”.
Et puis il y a ses répétitions appuyées comme “votre PERE….”. Elle, usant d’un langage châtié du genre “blabla ou je ne sais“, j’avoue prendre un malin plaisir à l’entendre répéter mon langage de charretier comme : “couillu”.

Dr Toctoc, par Polo

Evidemment je lui ai déjà dit qu’on pourrait arrêter ce petit jeu le temps de prendre rendez-vous, mais elle répond dans une langue de bois très maîtrisée quelquechose qui me fait sentir au ras des pâquerettes de l’art de la psychanalyse qui veut dire “il faut vraiment travailler ce contrôle de la gestion du temps”.

Elle est tout de même très impressionnante sur la mémoire des noms, d’autant que je lui en ai vomi un certain nombre à la dizaine de minutes en citant mes nombreuses mésaventures amoureuses. Parfois j’entends derrière ma tête des pages se tourner (je suis allongée et elle assise derrière moi). Une anti-sèche ? Son agenda ? Psychologie magazine ?

Un jour, en fin de séance, après les talons, il y a eu un petit épilogue autour de l’orgasme. Pour une fois, elle cherche sans le trouver le prénom de mon amant d’alors. Je pars d’un fou-rire, lui disant qu’elle a le droit de ne pas se souvenir de tous les noms. Elle en a ri aussi (presque).

Shopping de thérapies : et le gagnant est…

Je ne sais pas si je suis “guérie” de mes états d’âme, mais toutes ces démarches m’ont appris à être lucide, donc à mieux me comprendre, donc à être plus cool avec moi-même, donc avec les autres. Quant aux médocs, c’est Disneyland pendant et après re-plouf, donc bon, ça peut servir ponctuellement pour passer un cap, tout en travaillant le problème de fond.

Je suis persuadée que pour prendre soin de soi et de son petit moral, il faut prendre en considération l’esprit et le corps comme un tout. C’est l’approche de la méditation et aussi du yoga, dont je parle dans “J’suis boudiste 1 : les ressources du corps”. Côté thérapies, je suis plutôt portée vers la naturopathie et les médecines globales comme l’acupuncture.
J’aime beaucoup le concept extrême-oriental qui dit que le patient ne paye son médecin que quand il est en bonne santé (le patient). Quand il est malade, c’est gratuit, car le médecin n’a pas bien fait son travail de prévention. Certains médecins occidentaux feraient bien d’en prendre de la graine, et de relire le serment d’Hippocrate :

si ton oeil est malade, soigne ta tête mais ne néglige pas ton corps entier.

 

Dr Comptoir, Par Polo


Christophe André 
Fabrice Midal
Pensées Sauvages

Mes états d’âme sont pour toi, Erik Fostinelli, qui a “botté le cul” (sic) aux traitements conventionnels qu’on te proposait pour aller au bout de tes convictions sur la médecine alternative. 

A lire aussi

J’suis boudiste : les ressources du corps

Lire la suite

3 commentaires

  1. Une ressource très bien à mon sens, ma dernière découverte (toi même tu sais) : le poscast : “Change ma vie” de Clothilde Dusoulier (gratis), et celui de Brooke Castillo “the life school coach podcast” (en anglais, enfin,..en américain)gratis aussi) 😀

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *