Le potager pour les nuls (par une nulle) épisode 2 : j’attaque les plants

Potager : Manu-Cure

Le potager pour les nuls (par une nulle)

Episode 2 : j’attaque les plants
roman-photo

Après l’épisode 1 “Plan d’attaque”, l’épisode 2 : Préparation de la parcelle, semis et compost. Avé des photos de moi en pleine action. Explicit content.

Petit à petit, l’oiseau devient forgeron

Pour commencer sans trop me mettre la rate au court-bouillon, j’ai décidé de cultiver quelques aromatiques sur une petite bordure déjà existante plutôt que défoncer tout le jardin super champêtre à la grelinette, vu que je ne suis que locataire pour une durée indéterminée.

Potager : A la grelinette chez Pierre Rabhi
Cours de grelinette chez Pierre Rabhi

Mon proprio y va au motoculteur sur son terrain voisin, mais c’est pas une raison.

  • retirer quelques herbes que je n’appelle pas mauvaises le temps d’un coup de fil
  • bêcher mollo en surface en mélangeant avec l’humus rapporté de la forêt √
  • tomates en pot dans mon entrée-verrière qui fera office de serre, rapport au mildiou dont on me rebat les oreilles √

Pour l’instant, j’ai semé 3 graines par godet que j’ai placés sous le soleil exactement mais aussi pile sous les points de fuite de la verrière pour qu’il y tombe quelques gouttes en mon absence, car les jeunes semis ont la pépie.

Potager : Semis sous verrière
Semis sous verrière, et son carrelage top-moumoute

Je les repiquerai au bout de 6 semaines dans des pots, avec un peu de basilic, excellente association de bienfaiteurs.

Finalement, petite virée à la jardinerie du coin (accessible à vélo) dans le but d’acheter des plants d’aromatiques à replanter, mais je découvre qu’ils ne sont pas bio. Ouf : ils proposent en revanche des graines bio. Du coup j’ai fait ma fofolle : après vérification des périodes de “semis” et de “levée” (=quand c’est qu’on plante et quand c’est qu’on bouffe), j’ai opté pour

  • thym : graines semées en pleine terre √
  • basilic : sera semé à côté des tomates
  • persil (que j’avais déjà) : semé en pleine terre √

et j’ai craqué pour deux légumes gratifiants car vite poussés

  • salade : 4 godets contenant des graines de salade ont rejoint ma verrière, puisqu’il était écrit pour avril “semis sous abri” √
  • radis : semés en pleine terre √

 

Compost : ton bac d’abord

Pour fabriquer un bac, toujours sur les conseils de mon ami Jean-No, je me suis mise en quête de 4 palettes que je récupère une à une au magasin bio du coin. Pour l’instant j’en ai deux, quand elles seront au complet, je les attacherai avec de la ficelle et commencerai mes couches successives comme je l’ai appris en stage :

une couche organique (restes de nourriture…) / une couche minérale (feuilles mortes…).
Il s’agit de reconstituer l’humus, c’est-à-dire le sol très riche de la forêt, et non pas le truc aux pois chiches.

On recouvre de carton pour protéger, ça se décompose en-dessous grâce à nos amis les vers et on récolte au bout de quelques mois un genre de terreau maison, tout en valorisant nos déchets.

Je t’en reparle dans 2 palettes.

La cendre peut être utilisée avé parcimonie dans le compost, au pied des arbres ou sur la pelouse façon “jardin du souvenir”, dont je parle dans Vivent les Morts”.

L’addition : pas un radis

  • sachet de graines de tomates offert par ma nièce qui l’avait reçu en camp scout 0€
  • 1 bassine : 1€ chez Emmaüs
  • 1 caddie : récup’
  • ficelle : prescription
  • bouteilles en plastique récup’ et leur cutter sans âge 0€
  • cendres (70€ le stère)
  • forêt de Fontainebleau au bout de la rue 0€
    • son tas de tonte 0€ > pour alimenter le compost et pailler (=recouvrir après plantation pour garder l’eau)
    • son tas de feuilles mortes 0€ > idem
    • son tas de compost 0€ > pour booster la terre en attendant d’avoir mon propre compost
  • magasin bio : palettes 0€
  • cadeaux
    • 20L de terreau bio
    • 1 bêche récup’
    • 10 godets récup’
  • jardinerie :
    • 3 grands pots de terre et leurs soucoupes pour mes futurs plants de tomates : 37€
    • 1 transplantoir : 10,70€ (ce n’est pas une technique pour poser un lapin à un trans-sexuel, mais un genre de petite pelle pour planter)
    • 4 sachets de graines bio françaises et “familiales” : 11,60€

 

total : 59,30€

Coûts annexes :

  • jardin de 180m2 et sa maison de 58m2   830€
  • vélo d’occas’ d’il y a 10 ans et sa cagette dernier cri
  • sabots verts en plastique recyclé fabriqués en France 27€

Il est à noter que mes achats imprévus ont été des graines de salade et de radis et des sabots en plastique recyclé. Shopping compulsif de malade mental.

J’ai les ongles noirs. Parce que je le vaux bien.

A lire aussi

Le potager pour les nuls (par une nulle) épisode 1 : plan d’attaque

Lire la suite

Vivent les morts !

Lire la suite

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *