Tri sélectif : dis-moi qui est la poubelle

Tri sélectif : La wonderwoman du tri, par Polo

Tri sélectif

Miroir, dis-moi qui est la poubelle

 

Paris : une règle simple

Le tri sélectif c’est aussi simple que le Mémory : il suffit de faire comme sur le dessin de la poubelle, ou d’aller voir sur le site de sa mairie pour plus de détails.

A Paris*, il y a :

  • le bac jaune : pour papier, carton, plastique et petit électroménager. SANS sacs.
    Le truc à savoir pour le plastique, c’est qu’on y met seulement les flacons et les bouteilles. Personnellement, je jette les bouchons à part, car j’ai un bac spécial dans mon magasin préféré.
  • le bac blanc à trou : pour le verre.
    Inutile de les laver. Cependant, une chose m’échappe dans les consignes parisiennes : il faut jeter les contenants en verre AVEC leurs couvercles. Je ne vois pas l’intérêt vu qu’ils se brisent en mille morceaux dans la poubelle à verre.
    Si la poubelle n’est pas correcte, tout part avec les ordures ménagères : dommage, quand on sait que le verre est recyclable à l’infini et que les bouteilles en plastique peuvent être réincarnées en éponges ou en baskets. On entend aussi que le service de propreté de la capitale ne fait pas dans la dentelle et balourde tout à l’incinérateur sans vergogne quand c’est au-delà des quotas. Bon ben moi, en tout cas, j’aurai fait ma part, comme dit Pierre Rabhi.
  • le bac vert : pour tout le reste.
    Ca part à l’incinérateur, contrairement aux deux catégories ci-dessus qui seront revalorisées au mieux.

Pas Paris : voyage en terre inconnue

A la campagne, certains éboueurs ont une approche pédagogique : si votre poubelle est mal triée, ils la laissent en place, scotchée et pleine.

Il se trouve que je viens de déménager au vert. Mon proprio m’a glissé les consignes de tri dans la boîte et là il va falloir que je me rééduque : contrairement à Paris, le recyclage n’accepte que les journaux, “pas de courrier ni d’enveloppes”, par exemple. Mmm. Il y a aussi un container : « végétaux », « mais pas pour les fruits », dit mon proprio. What ? Bon en fait c’est juste les déchets de tonte, si j’ai bien compris. Mais vu que la tondeuse mécanique dégotée chez Emmaüs ne fonctionne pas, à moi la jungle. Je vais tenter avec ma tondeuse à cheveux.

 

J’suis un déchet

Lors d’un été sans un radis à Paris, au RSA, fraîchement jetée par un Australien, mes seules sorties sont des allers-retours au vidéo-club pour prendre la suite de la série psycho “En analyse”. L’éthique de ne pas télécharger a du bon : elle force à prendre l’air. Un jour où les poubelles de recyclables de mon immeuble sont pleines, je les charge sur mon vélo pour les déposer en chemin. Ca doit être jour de grève ou 15 août car je dois faire tout le tour du quartier pour trouver des poubelles disponibles. C’est là, au détour d’une rue sans poubelle, que je tombe sur un de mes soupirants, bronzé, une bière à la main. Moi avec mes poubelles, mon pyjama, mes tongs et mon DVD de “En analyse”. J’ai feint de ne pas le voir.

J'suis un déchet, par Polo

Objectif zéro déchet

Pour les objets, ça commence par réutiliser, récupérer, réparer, comme évoqué dans l’article La réincarnation des objets.

Pour les “déchets organiques” (= la bouffe), il y a le compost, version king size à la campagne ou Lombricomposteur à la ville, une boîte avec des vers qui digèrent vos épluchures, en gros.

Pour les autres consommables comme piles et ampoules, lire l’article Eau, électricité : contre-courant.


Pour approfondir le sujet, à lire :

Zéro déchet, par Bea Johnson
Zéro déchet, par Bea Johnson

*https://www.paris.fr/parisdutri

A lire aussi

Eau, électricité : contre-courant

Lire la suite

La réincarnation des objets

Lire la suite

3 commentaires

  1. Pour les bouchons à la cambrousse c’est http://www.bouchonsdamour.com/les-bons-bouchons
    ben oui depuis au moins 10 ans voir plus pour ce qui nous concerne!!!
    Pour la tondeuse une occase sur https://www.leboncoin.fr/
    qui mulch (bien sur) eh ho ho ! c’est de la permaculture mademoiselle oui oui oui (mais y a pas longtemps que je le sais ..) qui je pratique au bas mot depuis plus de 20 ans même avant les tondeuses mulcheuses .. bon c’était pas du mulchage académique mais c’était déjà bon pour la pelouse et mon dos aussi (surtout).
    Paceque le composte c’est bien mais c’est du boulot en plus…

    https://www.permaculturedesign.fr/le-mulch-en-permaculture/

    et ça économise le dos (surtout) ;+)

    DEF

Laisse un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *